Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2011

Tchécoslovaques

La Tchécoslovaquie n’existe plus, mais le septième arrondissement de Lyon possède encore son boulevard des Tchécoslovaques. Ce dernier prend sa source dans le prolongement du boulevard Vivier Merle,  devant l’Université Lyon III (ancienne manufacture des tabacs) et se jette avenue Berthelot après avoir traversé une bonne part du septième arrondissement. Il ressemble à une voie rapide en bordure de chemin de fer, faite de trémies, de bretelles et de pollution, bordé de bâtiments récents.

Jadis boulevard des Hirondelles, du nom d’un ancien domaine, il n’était qu’un chemin de ronde parmi un ensemble de forts militaires protégeant la ville. C’est le tracé du chemin de fer qui le borde qui présida à sa naissance, durant le Second Empire. En 1900, les Manufactures d'Etat achetèrent pour un franc symbolique le terrain de 25 000 m2 qui longeait la nouvelle voie de chemon de fer pour y édifier une manufacture des tabacs moderne, dont elles confièrent les plans à l'architecte  Joseph Clugnet. L'édifice fut livré en 1928 seulement. Durant plusieurs décennies plus de deux mille ouvriers y produisirent jusqu'à trente millions de cigarettes par jour, en particulier les fameuses Gauloises. Symbole des temps, la manufacture devint l'université Lyon 3 depuis 1993

Le boulevard des Tchécoslovaques doit son nom à l’indépendance de la Tchécoslovaquie, créée le 28 octobre 1918 sur les décombres de l’empire austro-hongrois, et dont les frontières avaient été fixées lors du traité de Saint-Germain en Laye. L’éclatement du pays en deux (la Tchéquie et de la Slovaquie), le 31 décembre 1992, fait de ce boulevard depuis presque vingt ans un haut lieu du surréalisme rhônalpin. 

Manu_8.jpg

Université Lyon III (ex manufacture des tabacs) et voie ferrée, le long du Boulevard

 

 

Commentaires

C'est très explicite, je vous en remercie !

Écrit par : elisabeth | 14/03/2011

Ce n'est pas surréaliste c'est un témoignage de l'Histoire, un repère pour la mémoire : n'est-ce pas à ça que servent les noms de rue ?

Écrit par : Rosa | 29/03/2011

Boulevard des hirondelles ! c'était pourtant un joli nom pour un boulevard (que je trouve sinistre), je ne savais pas toute son histoire, voilà un billet vraiment instructif. Ce boulevard est le cauchemar du cycliste, (le saviez vous ?). Est ce parce qu'il porte une très lourde charge d'Histoire ? Ou à cause des méfaits du tabac ? Enfin, merci! maintenant que je sais, je ne le traverserai plus avec le même regard.

Écrit par : frasby | 23/05/2011

Solko, ce blogue est précieux. C'est un régal de venir y apprendre. J'ai peur parfois que vous ne l'arrêtiez et je me dis qu'il faudrait que je fasse un copié/collé de tout ça. Mais c'est trop énorme. Il n'y a pas un éditeur à Lyon qui pourrait éditer ce blogue ?

Je comprends Frasby quand elle parle du vélo. Cet endroit est impressionnant. Finalement je profite de Lyon de la meilleure façon qui soit : par vos mots.

Écrit par : Michèle | 19/08/2011

Ca m'a fait chaud au cœur de lire ces commentaires sur le boulevard que j'ai habité quand j'etais enfant et ado : exactement au numéro 66,au 11ème étage ; les copains des immeubles aux alentours et moi-même faisions toutes sortes de bêtises , comme par exemple franchir le mur du fort Lamothe la nuit et aller jouer dans le champ de tir...heureuse époque. ... Dans les années 1967-68...Si ce petit récit rappelle quelque chose à quelqu'un ,allez y d'un petit commentaire. ...Robert, au Québec

Écrit par : VAUCHER Robert-Yves | 23/11/2011

Je me souviens : de la fumée des locomotives qui remontait de chaque côté du pont ; de l'odeur des gauloises ; du face à face des manifestants qui remontaient des banlieues rouges vers la presqu'île avec les forces de l'ordre au pied de la manufacture des tabacs en mai 68.

Écrit par : Yves Pothier | 23/12/2011

Message à l'attention de Robert Vaucher.

Que de souvenirs de ma jeunesse !
Robert sa me fait drôle de te retrouver sur cet article, je me souviens de cette rue, j'habitais au 3 rue de Marseille et toi au 66 rue du boulevard vivier merle.

Tu étais kiné et rêvais de partir au Canada, j'ai toujours gardé un bon souvenir de toi.
J'ai toujours conservé ton vinyle de Paul Pichet que tu m'avais rapporté de ton premier voyage au Canada dans les années 77-78.

Maintenant j'habite dans le sud de la France.
Je monte régulièrement sur Lyon effectivement Lyon n'est plus du tout comme autrefois.

Si tu veux correspondre avec moi, je te laisse l'adresse mail de mon fils (xavier.om13@hotmail.fr).
On pourra se remémorer nos souvenirs de jeunesse ;)

Bien amicalement
Edith Bredy

Écrit par : Edith Bredy | 06/01/2012

Message à l'attention de Robert Vaucher.

Que de souvenirs de ma jeunesse !
Robert sa me fait drôle de te retrouver sur cet article, je me souviens de cette rue, j'habitais au 3 rue de Marseille et toi au 66 rue du boulevard vivier merle.

Tu étais kiné et rêvais de partir au Canada, j'ai toujours gardé un bon souvenir de toi.
J'ai toujours conservé ton vinyle de Paul Pichet que tu m'avais rapporté de ton premier voyage au Canada dans les années 77-78.

Maintenant j'habite dans le sud de la France.
Je monte régulièrement sur Lyon effectivement Lyon n'est plus du tout comme autrefois.

Si tu veux correspondre avec moi, je te laisse l'adresse mail de mon fils (xavier.om13@hotmail.fr).
On pourra se remémorer nos souvenirs de jeunesse ;)

Bien amicalement
Edith Bredy

Écrit par : Edith Bredy | 06/01/2012

Bonjour Robert Yves Vaucher,
J'ai aussi habité Bld. des Tchécoslovaques, au 58. J'ai plein de souvenirs qui reviennent comme une grosse madeleine comme aurait dit Proust, un de mes écrivains préféré.
Si tu le souhaite, tu peux répondre ici: balcom38dg@orange.fr
PS: Je voulais envoyer en pièce jointe une photo de FIAT X1/9.
A bientôt j'espère, Marc G. Lyon.

Écrit par : Marc G. | 23/01/2013

Écrire un commentaire