12/03/2011

Cours général Giraud

génércours général giraud,saint-bruno,chartreux,croix-rousse,lyon,

 

Le nom d’Henri Giraud (1879-1949), sous le titre de « premier évadé de la seconde guerre mondiale », fut donné après sa mort au vieux cours des Chartreux, dans le premier arrondissement de Lyon.

Le  nom de Chartreux provient d’un monastère de Chartreux dont la création fut ordonnée par Henri III et l’exécution réalisée par Henri IV. Cela faisait déjà cinq siècles qu’existait cet ordre, fondé par Saint Bruno, brillant professeur de l’Université de Reims. Vêtus de bure blanche, couverts d’une capuche et revêtus du scapulaire, ses moines étaient des contemplatifs vivants dans la frugalité où le jeûne, la solitude et le silence. Comme les membres des diverses congrégations se retrouvaient chaque année dans la Grande Chartreuse près de Grenoble et passaient par Lyon, Henri III décida en 1580 d’y établir un monastère. C’est à un religieux de la Grande Chartreuse du nom de Jérôme Marchand que fut confiée la conduite du projet.

On choisit ce terrain couvert de boqueteaux et de vignes, peuplé par des petits propriétaires cultivant des légumes qu’ils allaient vendre dans la cité. A l’emplacement du chœur de l’église actuelle se trouvaient une taverne-cabaret avec chambres à l’étage du nom de La Giroflée, où des bals attiraient les amours faciles et les plaisirs tarifés.

Au début du dix-septième siècle, « la Chartreuse du Lys Saint-Esprit » comptait quinze religieux, trois frères convers et plusieurs paysans attachés au domaine environnant d’une dizaine d’hectares. Sur les plans de l’architecte Jean Magnan et grâce aux dons des particuliers s’élevèrent  peu à peu le chœur de l’église, une sacristie, puis une chapelle.

Les travaux s’étagèrent au XVIIIème siècle, de Ferdinand Delamonce (1678-1753) qui s’était installé à Lyon en 1731 après son mariage à Jacques Germain Soufflot qui acheva la coupole et son dôme (cf photo)

Le cours des Chartreux proprement dit fut ouvert en 1832 par l’architecte Dardel. C’est une magnifique avenue longeant en balcon les dessus de Saône de la place Rouville jusqu’à l’extrémité ouest du boulevard de la Croix-Rousse. On peut en prenant la ligne 13 admirer  le point de vue panoramique magnifique sur la rivière en contre-bas et la colline d’en face.

Le cours Général-Giraud abrite essentiellement deux écoles, dont l’histoire est profondément ancrée dans celle de la ville : L’institution des Chartreux, devenu aujourd’hui l’un des établissements d’enseignement privé les plus importants de Lyon

Et l’école de tissage, édifié en 1936 par par Edouard Herriot lorsque celle de la place Belfort devint trop étroite, transformé depuis en lycée public La MartinièreDiderot.

Commentaires

Connaissez-vous l'histoire du bâtiment qui se trouve au fond de l'impasse des Chartreux, au n° 12 approximativement ? Il comporte deux séries de trois fenêtres au 1° étage, en assez mauvais état, une série de trois fenêtres arrondies au rez-de-chaussée, en partie murée, et une toute petite maison de gardien. Il m'a fait penser à un ancien couvent, à cause de son architecture et des niches (vides) que l'on peut encore remarquer dans ses murs.
Si vous en savez plus, je suis très intéressée, car il est vraiment curieux.
Merci par avance !
Catherine Schmoor

Écrit par : Schmoor Catherine | 27/06/2013

Cet excellent site est définitivement Ajouté dans mes favoris, j'aime particulièrement votre site internet! Shirley

Écrit par : dessin de noel gratuit | 30/06/2013

@ Catherine Schmoor Hélas non, je ne connais pas son histoire. La thèse du couvent ancien est sans doute plausible, tant la Croix-Rousse était une terre religieuse par le passé.

Écrit par : solko | 01/07/2013

Écrire un commentaire