Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/10/2009

Ainay

Le mot semble rimer de soi avec lyonnais. Ou mieux, encore, avec aîné. Dans l’imaginaire collectif, Ainay est en tout premier lieu le pré carré des négociants anoblis, celui des hôtels particuliers, des cours intérieures, des fortunes discrètes et des mariages de convenance. A l’ombre de sa voûte, de sa basilique romane, de ses rues tranquilles, l’enclos d’Ainay conserve la discrétion légendaire des fortunes qui s’y perpétuèrent.
L’étymologie du mot Ainay demeure très discutée. La plus probable demeure une lente altération du mot latin Canabae, car sur cette vaste plaine, jadis jonchée de flaques d’eau, les marchands gallo romains avaient installé leurs précaires entrepôts.

On a pu aussi parler d’une expression grecque signifiant « vers le temple » (es naos), car les premiers historiens, dont Guillaume Paradin, ont longtemps localisé à Ainay le temple d’Auguste, situé en vérité, à Condate (pentes de la Croix-Rousse).

Certains auteurs ont imaginé que des Grecs, exilés de leur patrie, étaient venus s’établir dans des temps fort reculés au confluent des deux rivières pour y fonder une Académie d’éloquence (athenaion en grec). Dans Tristan le voyageur de France de Marchangy (1826), on lit ceci :

« La rue d’Ainay eut un charme secret pour ses premières colonies qui venaient s’établir de loin sur ce beau rivage d’où il sortit bien des fous. Cette école de sophistes s’appelait l’Athénée. Et le doux souvenir de la patrie, qui dura jusqu’au temps des Romains attirés sur les mêmes lieux par les mêmes penchants, bâtirent sur les ruines de l’école de la sagesse ce cirque d’éloquence forcée, où les orateurs qui ne pouvaient obtenir le prix, étaient jetés dans les flots de la rivière. Et comme je m’étonnais qu’il eut existé une pareille institution, on me répondit qu’elle avait été fondée par Caligula. Alors je n’eus plus rien à dire. »

Il a été aussi question d’un autre terme grec évoquant les martyrs et signifiant «éternels» (athanacum), du nom du premier patron de l’église Saint-Martin, (Saint-Athanase), du nom d’un notable gallo-romain propriétaire d’une partie du terrain, d’une racine signifiant cours d’eau, d’où vient le mot Ain. Quelle étrange passion humaine, que l'étymologie, n'est-ce pas ?

La place d’Ainay, telle qu’on la rencontre aujourd’hui, forme le parvis de la basilique Saint-Martin (voir ci-dessous), et se prolonge par la rue de l’abbaye d’Ainay. Si l'église est toujours là, l'abbaye a disparu depuis longtemps. Ainay, c’est aussi le terme générique qui désigne le quartier, « maussade et habité par une élite », écrivait Jean Dufourt en 1926 : Son roman, Calixte ou Introduction à la vie lyonnaise eut un succès considérable dans les années vingt, en contant les mésaventures d’un jeune parisien tombé amoureux d’une fille de riche famille lyonnaise, habitant naturellement ce quartier synonyme de la plus pure tradition catholique, où tout le monde se connait.
« Nous nous engageâmes ensuite dans un dédale de ruelles et de places de bien pauvre mine. Et Calixte commença à saluer les passants avec une déférence qui me surprit. Et plus nous allions, plus les maisons s’élevaient, plus les rues s’effilaient, plus Calixte saluait »

Abbaye_dAinay.jpg

 

14:19 | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : ainay, basilique d'ainay, saint-martin d'ainay | |  del.icio.us |

Commentaires

Comme elle est belle celle-là, avec ses deux petites oreilles de chat! (quel dommage , non, ces horloges installées souvent sur les façades des églises).
Vous donnez envie de lire "Calixte". Merci.

Écrit par : sophie LL | 24/10/2009

Un billet intéressant qui donne envie d'en savoir plus sur l'origine des noms de quartiers...

Écrit par : Valentine | 24/10/2009

Il y a cependant, je sais je suis un peu obsédé, de jolies portes et cages d'escalier inattendues... !!

Écrit par : Thomas | 24/10/2009

Écrire un commentaire