Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/11/2009

Puvis de Chavannes (place)

Au milieu du XIX ème siècle la place des Hospices hébergeait la salle de l’Alcazar, démolie en 1872. Appelée successivement des Graviers, de la Rotonde, de l’Hôpital, des Hospices, cette place prit, le 13 décembre 1898 (deux mois après sa mort) le nom du grand peintre lyonnais (1824-1898) qui naquit rue des Deux-Angles (à présent Alsace Lorraine, dans le quartier Saint-Clair), et qui fut inhumé à Neuilly.

La place avait failli prendre le nom de Montgolfier en 1884, sur proposition de la Commission municipale. L’historien Steyert, qui faisait partie de ceux qui s’opposèrent à ce projet, défendit le maintien de l’appellation « des Hospices », en rappelant leur rôle important dans la création du quartier des Brotteaux, que l'ingénieur Morand avait établi en grande partie sur leurs propriétés, et donc avec leur aval.

Le développement rapide de la population des Brotteaux durant le XIXème siècle entraîna la construction successive de plusieurs paroisses, dont celle que le cardinal de Bonald plaça sous le vocable de la Rédemption.

On raconte que le premier curé (l’abbé Tamain) avait organisé un lieu de culte provisoire dans un vaste entrepôt que lui louaient deux frères négociants en liquide du nom de Jenoudet. Le cardinal de Bonald consacra l'entrepôt comme lieu de culte provisoire en 1857. C’est aujourd’hui le presbytère et les locaux paroissiaux et occupent la place de cet ancien hangar.

L’église elle-même fut construite sur un terrain offert par les Hospices Civils, de 5000 mètres carrés. C’est l’architecte Claude Anthelme Benoit qui fut chargé des travaux. La première pierre de l’édifice fut posée le 1er avril 1868 (non, ce n’est pas une plaisanterie…). Le bâtiment actuel fut inauguré le 4 novembre 1877. Comme certains murs de la basilique de Fourvière, la façade demeure encore inachevée ; le tympan et les pierres à peine dégrossies  attendent la main du sculpteur. L’architecte Benoit avait prévu une flèche de 90 mètres accompagnée de deux clochetons. Appréciez également la petite rosace en haut à gauche... L’intérieur de l’église (62 mètres par 28 mètres avec une hauteur sous voute de 32 mètres) est par contre saisissant. Lucien Bégule réalisa les vitraux.

Eglise_Redemption_IMG_2545.jpg

Photo empruntée au site de D.Valot (voir en lien)

Devant l’église se trouve un petit square, « où tout est correct » aurait dit Rimbaud.. En son centre une statue de Jeanne d’Arc, bras levés et regard tourné vers le ciel. L’œuvre est de Jean Chorel (1875-1946), un sculpteur lyonnais qui fut proche du peintre Godien e et dont le nom a été donné à une place de Villeurbanne. Il sculpta de nombreuses sculptures (celle de Pierre Dupont, la Pieta de Fourvière, L’éducation d’Achille de l’école vétérinaire, le Pasteur de la Condition des Soies …) et maints monuments aux morts dans toute la région.

Ci-dessous, portrait de Puvis de Chavannes (1824-1898)

 

Puvis_de_Chavannes.jpg

 

07:07 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : puvis de chavannes, la rédemption | |  del.icio.us |

Écrire un commentaire