Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/07/2009

Tony Garnier

Fils d'un peintre de fleurs dessinateur pour la Fabrique, Tony Garnier (1869-1948) a vu le jour sur les pentes de la Croix-Rousse. Il fut élève de l'école professionnelle de la Martinière, puis celui de l'école des Beaux Arts, avant de connaitre la consécration en devenant grand prix de Rome. Le maire de Lyon, Victor Augagneur, lui propose alors - on est en 1904- de construire les abattoirs de la Mouche, prévus déjà depuis sept ans. L'année suivante, Edouard Herriot, successeur d'Augagneur, confirme la commande. C''est le début d'une longue collaboration : Herriot, que le polémiste Henri Béraud surnomme « le Péricles du cours d'Herbouville », et Garnier vont remodeler la ville de pied en cap : Les z_monument.jpgabattoirs de la Mouche, (1908-1924), l'hôpital Grange Blanche (1909-1927), le stade de Gerland (1913-1918), le quartier des Etats-Unis (1920), le Monument aux Morts (1924)...

La renommée internationale de Tony Garnier repose pour l'essentiel sur l'ouvrage qu'il publia en 1917 sous le titre Une Cité Industrielle, et qui lui valut d'être considéré comme un précurseur des grandes aspirations de l'architecture moderne. Une sorte de Le Corbusier avant l'heure. Prince des utopies, Tony Garnier rêve d'une cité future, inspirée du roman de Zola, Travail; une société idéale où, « grâce à la vertu rédemptrice du labeur humain, les instances de contrôles et de répression, l'église, le poste de police, le palais de Justice et la prison perdraient toute utilité ». L'ancienne Halle au marché à bestiaux qui porte aujourd'hui son nom a été utilisée pour la première fois en mai 1914, lors de l'exposition internationale de Lyon, et fut réquisitionnée ensuite comme usine d'armement durant la grande guerre. D'une superficie de 17 000 m2, (soit l'équivalent de deux terrains de football) l'édifice - prouesse technique - est constitué d'une charpente métallique d'un seul tenant, sans pilier central. Transformée dans les années 90 pour accueillir les plus grands concerts et événements, la halle est devenue le « Bercy » de Lyon. L'Olympique Lyonnais a investi l'autre monument phare de Tony Garnier, le stade de Gerland, dont l'agrandissement se révèle impossible en raison de son classement au patrimoine : ce qui explique le déménagement programmé d'Aulas et de ses footballeurs dans une construction pharaonique à la mesure de leurs ambitions mégalomaniaques à Décines.

Nous sommes fort loin avec ce football des conceptions socialisantes de Tony Garnier, qui avait conçu son stade comme un lieu utilisable par tous et toutes, dans une perspective de développement harmonieuse du sport de masses. La statue de l'architecte qui, pour le pire comme pour le meilleur, a remodelé le nouveau visage de Lyon est à présent visible dans la cour de l'hôpital Edouard Herriot (nom donné à Grange Blanche) et l'avenue Tony Garnier, dans le huitième arrondissement, conduit à la fameuse Halle. Pour finir, il faut également rappeler que l'architecte a son musée en plein air dans le quartier des Etats-Unis, sous la forme originale de gigantesques fresques, peintes sur les façades des immeubles qu'il a réalisés.

1067775445.jpg

Une cité industrielle, usine métallurgique, vue des hauts fourneaux, aquarelle, Musée des Beaux-arts de Lyon

08:08 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  del.icio.us |

Commentaires

"Comment on va contre les désirs d'une cité" : c'est le titre d'un article de Béraud que je retrouve (l'Ours de mai 1914) dans lequel il s'en prend à ce qu'il appelle "la Bande des Cinq ": Jules Courmont, Mascart, Clément Sahuc, Tony Garnier et Richard Cantinelli... Tout cela pour mettre en garde les Lyonnais contre le gouffre financier que fut l'exposition de quatorze. C'est très intéressant de relire les libelles contemporains, car la légende est vite tissée par la suite un peu n'importe comment.

Écrit par : solko | 04/07/2009

Mais ce Garnier est le même que celui de l'opéra de Paris? Et c'était quoi cette exposition de 1914? (Ne vous souciez pas de mes questions si cela vous ennuie, j'en pose tellement, je sais que cela peut s'avérer agaçant, personne n'est tenu d'y répondre, surtout pas vous que je ne voudrais pas ennuyer, car je serais contrariée d'ennuyer qui me fait aussi plaisir avec ces billets quotidiens)je suis curieuse de ces fresques aussi...

Écrit par : Sophie LL | 04/07/2009

Mai 1914 : date d'une exposition universelle programmée à Lyon, qui, décidément, n'eut jamais de chance avec ce genre de manifestations puisque la précédente lui avait valu un président de la République assassiné en pleine rue ! En 14, Poincaré avait d'ailleurs fait un rapide aller retour pour ne pas risquer le sort de Carnot ! Et puis la guerre est passé là-dessus... Tony garnier, non, rien à voir avec Charles.

Écrit par : RuesdeLyon | 05/07/2009

Très intéressant, le Musée Tony Garnier n'est pas très loin de chez moi. Je suis curieuse de savoir pourquoi telle ou telle rue porte ce nom. Connaitriez-vous un ouvrage qui ferait référence à toutes les rues de Lyon ? Je cherche particulièrement la rue du Bocage dans le 8ème. Je pense qu'il y a longtemps ça devait être un bocage, mais de nos jours, il n'y a plus un coin de verdure ! Il en reste mais ce sont des jardins intérieurs, que l'on ne voit pas de la rue, ou un rond point... C'est vraiment dommage je trouve, construction sur construction... c'est affolant !
J'ai cherché sur internet mais je n'ai rien trouvé sur cette rue.

Bon week-end à vous, amicalement

( je m'abonne au fil de discussion )

Écrit par : Caboamnope | 23/10/2010

@ Caboammope : pardon pour cette tardive réponse; il y a deux guides de référence pour les rues de Lyon; mais tous deux sont anciens. Le premier est le dictionnaire de Lyonnaiseries de Louis Maynard, que Jean Honoré à réédité dans les années 80; le second, c'est le Brun de la Valette, illustré par Couty, qui se rencontre parfois chez les bouquinistes. Il y a un blog également, que j'ai référencé dans la colonne du haut à gauche où vous trouverez quelques infos sur la rue du Bocage, et qui confirme votre interprétation (la rue datant du 20ème siècle, il es tpeu probable qu'elle soit dédiée à Mme du Bocage...)
Merci de votre visite et à bientôt

Écrit par : solko | 27/10/2010

Merci pour votre réponse.

J'ai parcouru le blog Rues de Lyon et j'ai trouvé.
Effectivement, ce devait être un bocage au début du siècle dernier. Dommage, il n'en reste plus rien.

Quant à Mme du Boccage, sur wikipedia il est dit qu'une rue de Rouen et Nantes porte son nom et il n'est pas mentionné Lyon.
Sur certains sites, ils écrivent son nom avec un seul c.

Pour les ouvrages, je vais voir si je peux les trouver mais cela va être difficile je pense.

En tous les cas, merci beaucoup.

Je rajouterai votre site ainsi que Rues de Lyon dans mes liens sur mes 2 blogs ( http://n-4-n-e-tt-e.over-blog.com/ et http://leschatsdubocage.over-blog.com/ )

Amicalement

Écrit par : Caboamnope | 28/10/2010

Écrire un commentaire