Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/01/2010

Sathonay (place)

                                 

Le 23 septembre 1805, assisté de six adjoints et de vingt-neuf conseillers municipaux, Nicolas Marie Jean Claude FAY de SATHONAY prend ses fonctions de maire de LYON. La mairie unique, supprimée par la Constitution de l’An III, vient d’être rétablie par Napoléon ; il était né le 7 novembre 1762, dans une vieille famille de l’aristocratie lyonnaise. Son grand-père avait été échevin ; son père prévôt de s marchands. Fay de Sathonay fut un bonapartiste enthousiaste qui proposa d’élever une statue de Napoléon place Bellecour et de construire un palais impérial à l’emplacement de l’actuel marché-gare de Perrache ; mais ses pouvoirs effectifs au sein de la mairie étaient réduits. Il proposa un projet d’annexion des communes suburbaines qui fut rejeté par le Conseil d’Etat. Fay de Sathonay mourut comte d’Empire, le 27 août 1812, dans son hôtel de la rue du Plat.

Le relief et la physionomie de la place épousent, au cœur de l’antique Condate, celui d’une ancienne villa gallo romaine pour résident foruné ; durant très longtemps,  la place Sathonay a porté le nom de place de la Déserte, appellation qui  remontait à une très lointaine origine : probablement le nom d’une très ancienne famille Déserta, qui possédait le tènement.

C’est là qu’en l’année 1296 Blanche de Chalon, fille de Jean de Chalon (duc de Bourgogne) acheta de Jean Mallen (citoyen de Lyon) une maison et un terrain de vignes sur lequel  elle établit un monastère destinée aux religieuses de Sainte-Claire, lequel prit le nom de Notre-Dame de la Déserte. A partir de 1503, ces religieuses quittèrent l’habit de Sainte-Claire pour passer sous la règle de Saint-Benoît.  En 1562, le monastère fut pillé par les protestants. L’abbaye vécut plus ou moins bien jusqu’à la Révolution ; on y dénombrait alors une quarantaine de religieuses. L’Arquebuse triple de la déserte, eau vulnéraire de grande réputation qu'elles fabriquaient, survécut longtemps au couvent, dont les bâtiments furent entièrement démolis en 1817. De l’intérieur du cloître, on fit l’actuelle place, tandis que l’ancien clos devenait le Jardin des Plantes.

En 1840, on éleva sur cette place une statue de Jacquard. En 1900, cette dernière regagna la place de la Croix-Rousse et fut remplacée par celle du sergent Blandan (œuvre de Lamotte), qui s’y trouve actuellement.

 

 statue du sergent Blandan, place Sathonay

 

0295_1.jpg

Écrire un commentaire